Contenu principal

A la demandé générale voici un premier récit d'Obiwvac par Christophe....

 

"vendredi 22 mai, 14 h 45 : départ pour l'Aventure, mon 1er o'bivwak ! L'appréhension s'estompe vite du fait que nous faisons route à 4, rejoints en soirée par les 6 autres popistes. Au terme d'un voyage aller très agréable, nous prenons possession du mobil home que nous a réservé Thierry. Puis, après ces plus de 4 heures de route, rien de tel qu'une petite bière locale, très charpentée, la ragnagna rock ! Enfin nous partageons entre célibataires les pâtes bolognaises préparées avec brio par Lionel, dans une ambiance fort sympathique, avant d'accueillir nos camarades d'aventure.
samedi 23 : ça y est, c'est le grand jour. Les corps ne sont pas bien réveillés à cause d'une nuit peu réparatrice (anxiété ? froid ? Les 2 ?), si bien qu'Edouard débute la journée en renversant son petit déjeuner ! 9 h, c'est le départ. La Croix de Bauzon approche, l'herbe des champs est presque à l'horizontale tellement il y a de vent, le thermomètre indique 9° (glagla !!!). Chacun y va de ses suppositions sur le terrain auquel nous aurons à faire face, sur le lieu du bivouac. Oh, et là, sur la crête, des éoliennes ! Des balises y seront sûrement disposées.
Ca y est, nous sommes garés. Tout le monde est en tenue, toutes les formalités sont accomplies, et là, ....., une annonce : "départ retardé de 30 minutes !" Une question me vient à l'esprit : "A quelle heure va-t-on arriver ce soir ? Faudra-t-il sortir la frontale ?
14 h : LE départ. Que de monde ! Avec Lionel, je me mets à courir et à doubler du monde. Ouah, génial, quelle forme avec mes 10 kg sur le dos ! Mais la pente m'arrête très vite, et au bout de 700 m, nous reportons les balises sur la carte et nous trouvons vite le chemin pour nous rendre à la 1ère. En chemin, nous passons à côté d'un couple et on entend le monsieur engueuler la femme : " Mais oriente ta carte !". Nous n'entendons pas la suite, mais nous compatissons. le week-end risque d'être long pour elle ! Bref, nous continuons notre chemin, nous cherchons un peu la 2nde car notre azimut et la végétation nous ont amenés un peu trop à gauche. Tout se passe ensuite très bien jusqu'à la balise 8 pour laquelle j'en ch.... pas mal, ainsi qu'à la 10, car nous prenons les courbes de niveau perpendiculairement. Lionel doit m'attendre, et me prend même un peu mon sac à dos (mais comment fait-il ?). Mais une fois arrivés aux balises, quelle splendeur ! Vite, quelques photos. Les éoliennes vues de la route sont là ! Mais quel froid aussi avec vent. Ca promet pour le bivouac qui approche (plus que 5 balises, qui ne seront qu'une formalité).
Arrivée au bivouac à 18 h 15. Largement le temps de monter la tente dans un coin relativement abrité du vent que nous ont reservé les 1ers arrivés du POP. Nous prenons le dîner avec toutes les épaisseurs que nous avons dans le sac, les couvertures de survie pour certains, le bonnet, les gants, ..., si bien que chacun s'abrite dans sa tente après le repas. Aucun rassemblement dans le bivouac, tout le monde se les gèle.
Sans surprise, la nuit a été longue, remplie d'insomnie, entre le froid, les rafales de vent. Soudain, un cri dans la nuit ! (Pauline ????) Tout à coup, un chant dans le mégaphone nous "réveille". Ouf ! Tout le monde s'active, aussi bien pour se réchauffer que pour être prêt pour le départ.
6 h 30 : départ en masse. Je me sens en pleine forme malgré les efforts de la veille. On entend les éoliennes dans la brume. Ambiance géniale. Les côtes sont sévères, si bien que Lionel a de nouveau le temps d'anticiper sur les prochaines balises en m'attendant. Le pauvre, que de temps perdu ! Mais comme la veille, l'orientation n'est pas difficile, et en cas de doute, (que nous n'avions pas d'ailleurs), il suffit de suivre le troupeau par moment.
10 h 30 : ça y est ! L'arrivée. 1er o'bivwak terminé. Et déjà une question brûle les lèvres de chacun : "c'est où l'an prochain ?" Ce fut vraiment un week-end extra. Franchement, c'est une aventure à vivre, aventure qui se passe dans une ambiance bon enfant.
Bilan du week-end : environ 35 km, 1300 de dénivelé +, et 8 h 15 de course. C'est TOP, ou plutôt, ... POP !!!"